“L’autisme et les TED”

L’autisme en quelques chiffres

Une personne concernée sur 150 soit entre 400.000 et 600.000 personnes autistes en France 4 garçons pour 1 fille. 78% des enfants autistes n’ont pas accès ou de façon partielle, à une éducation adaptée à leurs besoins. L’autisme touche indistinctement toutes les populations, quels que soient leur pays, leur classe sociale, leur appartenance ethnique.

Pas une maladie mais un handicap

L’autisme est un trouble neuro-développemental qui se manifeste dès les premières années de la vie. C’est un handicap : les personnes qui en sont atteintes ont des difficultés à comprendre les informations sociales (expressions faciales, langage corporel, conversations de tous les jours …) aussi facilement que les autres. Pour elles, le monde qui les entoure peut sembler étrange, déroutant, sans ordre ni signification. Leur interaction avec l’environnement est limitée.

Quels sont les symptômes les plus fréquents manifestés par une personne avec autisme ?

Les manifestations principales sont :

  • isolement : difficultés d’interaction sociale et de communication, centres d’intérêts restreints, comportements répétitifs ou inhabituels
  • désir d’immuabilité : résistance au changement dans la vie quotidienne et l’environnement. Des changements mineurs sont sources de grande anxiété.insensibilité ou trop grande sensibilité qu’elle soit tactile, auditive, olfactive ou visuelle. Le bruit, la chaleur, le froid, la douleur sont ressentis de façon inhabituelle.
  • chez les enfants, retard dans l’acquisition du langage, utilisé d’une manière non communicative quand il apparaît et comportant des éléments d’écholalie, répétition de mots ou de phrases.La première description clinique de l’autisme infantile été réalisée en 1943 par Léo Kanner.

Aujourd’hui l’autisme englobe un large éventail de troubles dont les manifestations et la gravité varient d’un individu à l’autre. Ces troubles peuvent varier avec l’âge, diminuer ou même s’estomper. Dans la plupart des cas, il s’accompagne de déficience intellectuelle, de pathologies associées telle l’épilepsie. Les différentes formes d’autisme sont regroupées dans les classifications des troubles envahissants du développement (ted) ou troubles du spectre autistique (tsa).

L’autisme dit de « kanner » en est la forme la plus sévère, nécessitant un accompagnement soutenu pour les activités quotidiennes, tandis que les personnes atteintes du syndrome d’asperger présentent un développement intellectuel souvent très performant et une bonne capacité d’expression mais elles rencontrent des difficultés dans leurs relations sociales.

Quelles en sont les causes ?

Les causes de l’autisme sont multifactorielles et pas encore clairement identifiées. Les scientifiques les recherchent en particulier dans des anomalies neurophysiologiques et génétiques.

Apparaissant dès la petite enfance, généralement associés à un cognitif, les troubles persistent tout au long de la vie. Si aucune méthode n’est encore parvenue à guérir l’autisme, un accompagnement associant des approches éducatives et comportementales permet à la personne de progresser et d’acquérir une certaine autonomie.

Les théories psychanalytiques développées au siècle dernier, fondant l’origine du handicap dans une relation de mauvaise qualité entre les parents (la mère surtout) et l’enfant, n’ont plus cours aujourd’hui.

Comment agir ?

Le diagnostic : il doit être établi au plus tôt et suivi d’une intervention précoce. Ainsi l’enfant pourra espérer avoir une vie la plus autonome et la plus inclusive possible. Sans diagnostic ni intervention, le temps qui passe creuse un fossé entre l’enfant avec autisme et son environnement. En l’absence de symptômes non équivoques, le diagnostic est malheureusement souvent difficile à établir et repose sur la mise en relation d’un ensemble d’indices, dans la durée.

L’accompagnement : la personne avec autisme doit pouvoir bénéficier d’interventions adaptées à ses besoins et ses particularités dans le but de lui donner accès à un milieu social « ordinaire » (école, travail, logement). Pour accompagner tous les enfants, adolescents et adultes, y compris les plus lourdement handicapés, un panel de structures ou de services adaptés se développent dans chaque région. Mais trop souvent, les solutions existantes sont insuffisantes, générant des situations dramatiques pour les familles. C’est pourquoi nous concentrons nos efforts sur l’amélioration de l’offre de proximité par nos actions et nos projets.

La formation : elle est une clé essentielle. Tout d’abord vis-à-vis des familles et des aidants familiaux pour les aider à connaître et comprendre mieux les troubles de leurs enfants, pour leur donner les outils éducatifs et de communication utiles pour développer le potentiel de leurs enfants. Mais aussi vis à vis de tous les professionnels et acteurs qui vont côtoyer ou accompagner la personne avec autisme. Une de nos actions est de soutenir tous ces types de formation et de les rendre accessibles au plus grand nombre.